Preloader image
3595
page-template-default,page,page-id-3595,page-child,parent-pageid-3593,satellite-core-1.0.5,satellite-child-theme-ver-1.0.0,satellite-theme-ver-3.0.5,ajax_fade,page_not_loaded

La vie du Maître de digues

Venez à la rencontre de Frédérique Collardeau, maître de digues !

La rencontre du Maître de Digues

Une expérience à vivre en intérieur…

La visite de la Maison du Maître de Digues vous plonge dans la vie des Marouins d’autrefois. Vous y découvrez leur intérieur, mais également le métier si particulier de Maître de digues.

Entrez dans l’ancien logement de fonction du Maître de Digues et découvrez une pièce de vie reconstituée telle qu’elle pouvait être à la fin du 19e siècle.

Nasse à anguilles, boussat, lampe pigeon, découvrez ses objets qui faisaient le quotidien des habitants du Marais les siècles passés. Plongez dans le 19e siècle grâce au docu-fiction dans lequel vous suivez Frédéric, maître de Digues et découvrez tout sur son métier et sa vie. Vous y découvrez l’évolution des métiers de la gestion de l’eau dans les marais. Une gestion qui n’est pas sans difficulté et sans entraîner de conflits entre marais mouillé et marais desséché.

Et en extérieur…

Pour comprendre la vie dans les marais, il faut aussi observer le bâti, les dépendances, le paysage, découvrir la structure de cette ancienne « cabane » du marais desséché, aller visiter les dépendances, la loge en roseau, saluer les chèvres poitevines et les baudets du Poitou dans leur pré.

Une profession essentielle au Marais

Ce métier ne nous évoque rien ? Le Maître de digues était le technicien des aménageurs, ceux-là même qui ont œuvré à l’assèchement du marais. Il était nommé par le Syndicat de Marais du Petit Poitou.

Ses missions :

 

  • Relever les niveaux d’eau,
  • Entretenir les canaux,
  • Entretenir les bondes,
  • Entretenir les levées, pour le compte du syndicat

 

Ce métier, maître de Digues disparaît dans les années 1970. Mais son histoire, son métier ont laissé des traces qui permettent aujourd’hui de comprendre ce territoire et d’envisager ce qu’il pourrait être, un jour…